CINÉMA

19 novembre 2012

AUGENBLICK 2012 : Jean de la Lune, bouchée de croissant

En Alsace, Tomi Ungerer est un trésor sacré. Conteur aussi insolent pour les enfants que pour les adultes, il a produit une œuvre aussi variée que monumentale. Donc, forcément, toucher à un de ses classiques est toujours considéré avec prudence. Comme Les Trois Brigands il y a cinq ans, c’est donc au tour de Jean de la Lune de passer à la moulinette de l’adaptation longue. Et le problème n’est pas tant l’adaptation que la longueur, justement…

Jean de la Lune s’ennuie tout seul sur la Lune. Il décide de visiter la Terre. Un jour, il s’accroche à la queue d’une comète et atterrit chez nous. Le Président du Monde, persuadé qu’il s’agit d’un envahisseur, le pourchasse. Pour lui échapper, Jean de la Lune va devoir compter sur les enfants et ses amis…

Alors attention : Jean de la Lune n’est pas irregardable, non. D’ailleurs, on peut lui accorder d’être un des films d’animation les plus poétiques de l’année. Là où Les Trois Brigands prenait des largueurs avec le style d’Ungerer, ce film-là est d’une fidélité visuelle impressionnante, parvenant à reproduire des scènes entières du livre avec une acuité bienvenue, celles-ci étant souvent les plus marquantes et les plus originales : Jean qui disparaît à la faveur d’un changement de lune ou qui découvre la nature. Visuellement, on regarde les créations de papier d’Ungerer prendre vie. On retrouve ainsi toute la malice et la tendresse de l’auteur à l’écran. D’autant que voir un dessin animé qui ne soit pas le fruit de calculs d’ordinateurs mais bien de coups de crayon véritables est une expérience tellement rare de nos jours qu’elle mérite d’être saluée et savourée.

Seulement voilà, dans l’ensemble, Jean de la Lune n’est pas transcendant. Pour faire d’un bouquin d’une trentaine de pages un long-métrage d’une heure et demie, il faut remplir les vides. Et c’est justement là que le bât blesse : le scénario sent le bricolage. Sauf exception, aucun des ajouts n’apporte quoi que ce soit au récit et a plutôt tendance à le plomber. Finalement, seul le président du monde apporte réellement quelque chose. Certes caricatural, il se place, comme les deux autres personnages principaux, dans une écriture plutôt subtile où on reconnaît bien le penchant d’Ungerer pour les teintes de gris. Après, tout le reste ronfle comme du meublage qui ne cache même plus, avec ses séquences qui s’allongent à l’excès, ses enfants qui regrettent à plusieurs (longues) répétitions la disparition de Jean de la Lune ou encore ce père et sa fille en voiture qui ouvrent et ferment le film et n’apportent rien d’autre qu’une tonalité qui tranche bien trop avec le reste de l’histoire. Si on ajoute une animation parfois poussive et pauvre (excusable dans les années 90, mais plus maintenant) qui ne parvient jamais à se défaire du poids de l’œuvre d’origine, on se dit que ce Jean de la Lune aurait fait un excellent court-métrage…

Sortie française le 19 décembre 2012



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>