CINÉMA

26 novembre 2012

AUGENBLICK 2012 : Kaddish pour un Ami, fête des voisins

Alors que le conflit israélo-palestinien n’en finit pas de se raviver et occupe une nouvelle et triste fois les actualités mondiales, un film comme Kaddish pour un Ami (Kaddisch für einen Freund) est presque inespéré. Intelligente métaphore explicite de cet affrontement alimenté par une haine qui n’a plus depuis longtemps d’autre source qu’elle-même, le film de Leo Khasin se veut avant tout l’histoire d’une rencontre entre deux êtres que tout oppose rapprochés par leurs différences. Une recette connue, bien sûr, mais ici particulièrement goûtue…

Ali et sa famille ont grandi dans un camp de réfugiés palestiniens. Après avoir fui le Liban, ils s’installent dans le quartier du Kreuzberg à Berlin. Mis au défi par la bande de la cité, Ali saccage l’appartement de son voisin Alexander, un vétéran russe juif de la Seconde Guerre mondiale. Ce dernier le surprend et le dénonce à la police. Craignant la fureur de son mari, la mère d’Ali propose à Alexander les services de son fils pour refaire à neuf l’appartement. Contraint, Ali a tout son été pour réparer sa faute et découvrir son voisin juif…

Pour un premier long-métrage, Leo Khasin frappe fort et livre assurément le meilleur film du festival jusque là. Parce qu’il parvient à concentrer la grande Histoire dans une petite et nous faire voir et comprendre cette haine ancestrale à une hauteur que nous n’aurions jamais dû perdre et qui explique tout : celle des hommes. Au départ, Khasin annonce la couleur : il n’est pas là pour rigoler, ou du moins pas encore. Un surprenant générique dessiné à la main nous conte en une dizaine d’images la fuite d’Ali et de sa famille, puis nous plonge dans la réalité crue de ses immigrés qui débarque à Kreuzberg, le quartier le moins chaleureux de Berlin. Et si on regrette que le quotidien du lieu ne soit pas exploré plus en profondeur et à travers plus d’intervenants, il faut reconnaître que Kaddish pour un Ami préfère surtout se concentrer sur son sujet et ne déborde jamais au-delà des deux personnages principaux et de leurs entourages. Comme il ne va jamais péter plus haut que son cul formellement, se restreignant à filmer l’histoire telle qu’elle doit l’être, sans prétention artistique.

Pour autant, Khasin parvient à nous river à notre siège grâce à une première demi-heure d’une intensité dramatique inattendue. Les événements s’y précipitent dans une valse destructrice qui culmine lors de la scène du saccage de l’appartement, qui synthétise toute la rage de ces jeunes abrutis en cette cruauté idiote et décérébrée qu’elle est au fond. Et si l’ouverture de Kaddish pour un Ami prend aux tripes, c’est une trentaine de centimètres plus haut qu’il nous touche par la suite. Sans faire pleurer dans les chaumières, sans facilités, sans bons sentiments guimauves, Khasin met en scène deux acteurs fabuleux et aux antipodes l’un de l’autre. D’un côté le jeune Neil Belakhdar, tout en fougue et en (dé)contraction, qui incarne avec justesse Ali, ce jeune paumé, rêveur et artiste sur les bords qui reste attachant malgré des réflexes de petit con. De l’autre Ryszard Ronczewski, tronche imparable du cinéma polonais et acteur mythique. Il fallait un comédien de son talent pour incarner Alexander, ce vieux bourru ammoindri par la perte de sa femme et de son fils, mais qui continue d’être un roc inébranlable, fort de ses origines (juives) et de son passé (de vétéran russe). De leur duo improbable émane une humanité brute, où les différences se confrontent avant de se mêler pour finir par laisser naître une amitié sincère parce qu’à aucun moment facile. C’est comme ça, simplement et difficilement, que Leo Khasin déroule le fil de cette fable moderne, rugueuse et authentique. Un film qui fait du bien là où ça fait mal…

Sortie française indéterminée



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>