CINÉMA

15 novembre 2012

AUGENBLICK 2012 : This Ain’t California, comme sur des roulettes

La RDA (DDR pour les intimes), c’est un peu le sujet de prédilection de la littérature et de l’audiovisuel outre-Rhin, avec le nazisme. Parce que ces deux périodes noires de l’histoire ne seront jamais vraiment cicatrisées et que le silence a fait place à la parole. Et si la production cinématographique « historique » est dense, rare sont les films qui abordent l’Allemagne de l’Est de façon originale. This Ain’t California est donc un vent de fraîcheur car il innove autant sur le fond (en choisissant le prisme des skateurs) que sur la forme. Une surprise inattendue (ce qui est un peu le principe des surprises, vous me direz)…

RDA, années 80 : le skate-board arrive et avec lui, une nouvelle culture urbaine venue de l’Ouest, qui vient chambouler le quotidien des jeunes « Ossis ». Mixant interview des protagonistes de l’époque, séquences originales en super 8, images d’animation, ce documentaire nous conte le quotidien de skateurs «Ossis», sur une décennie, qui ont brûlé l’asphalte d’Alexanderplatz en cheveux longs, shorts en jean et torses nus. Le vent de liberté insufflé par cette discipline a créé une contre-culture dans laquelle une génération s’est reconnue et a su s’émanciper, au sein d’un état répressif prônant les sports de masse et le bien-fondé de la performance ultime…

This Ain’t California n’est pas un documentaire. Pas vraiment. Mais pas non plus une œuvre de fiction. Comme l’a habilement résumé son producteur Micha Schöbel, initiateur du projet : tout est vrai mais tout n’est pas authentique. En effet, le jeune réalisateur Marten Persiel n’est pas voulu d’un reportage conventionnel et ne se refuse pas de piocher dans tous les artifices du cinéma pour construire cette histoire unique. Ainsi, les interviews rejouées se mêlent aux vraies, les images d’archives sont soit véritables soit fausses et des séquences animées font irruption parmi les images réelles. Et dans ce sémillant foutoir organisé, il est impossible de démêler le vrai du faux. Et au fond, on s’en fout, puisque l’histoire qu’on nous raconte est tellement passionnante et bien mise en boîte qu’on a envie d’y croire.

Photomontage d’une génération mise en perspective avec l’histoire de tout un pays en plein bouleversement, This Ain’t California est avant tout un film à hauteur d’homme. De ces skateurs qui ne se rendent pas compte de ce qu’ils représentent et surtout de Panik, figure emblématique et quasi-surnaturelle, à mi-chemin entre James Dean et le Dean Moriarty de Kerouac. Figure captivante et ô combien charismatique, Panik, c’est le type qui n’est pas bien là où il est et qui va préférer remuer son environnement que lui-même. Un mec symptomatique de la RDA sans jamais s’en rendre vraiment compte qui sonne comme un cri de liberté apolitique. On est happés dès les premiers instants et la balade est sacrément réjouissante. Porté par une bande-son absolument géniale composée de titres des stars pop et rock de l’époque (Alphaville, Puhdys ou encore Johannes Tibursky), le film de Persiel est un ovni dans lequel on embarque sans rechigner, une pépite d’une créativité et d’une inventivité que seule une histoire vraie pouvait justifier.

Sortie française indéterminée



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>