CINÉMA

17 août 2011

DOSSIER : Captain America, c’est l’Amérique, le symbole de la liberté…

Puisque Captain America arrive au ciné, voici un dossier entièrement consacré à ce super-héros phare de la maison d’édition Marvel Comics, à ses origines, ses débuts, des faits marquants de son parcours et certains de ses alliés.

Seconde Guerre Mondiale. L’Europe est envahie par une Allemagne qui a à sa tête le IIIe Reich. Beaucoup de pays dont la France ne peuvent que capituler pour diverses raisons. Les États-Unis n’interviennent pas dans le souci de garder leur neutralité.

Dans le petit monde des comics, c’est différent car une bonne partie des personnes travaillant dans cette industrie sont Juifs et sont donc personnellement touchés par le conflit. Néanmoins, même si Superman combattait des dictatures dans ses aventures, il n’y avait pas de références directes à l’actualité, sauf à partir de 1941 où les personnages de DC Comics s’attaquaient clairement à l’Allemagne nazie. On peut donc considérer qu’ils exprimaient leurs points de vue officiellement à partir de ce moment-là, dans des histoires vues comme de la propagande anti-nazie. Les super-héros étaient le symbole de la liberté et du Bien face à ce qui pouvait être considéré comme un Axe du Mal. Pour le cas de Captain America, c’est le dessinateur Jack Kirby et le scénariste Joe Simon qui l’inventent pour l’éditeur Timely Comics en décembre 1940, bien que Captain America soit lancé en mars 1941 dans Captain America Comics #1. Histoire d’enfoncer le clou, le numéro possède une couverture sans ambiguité qui donne la couleur (→).

Steve Rogers veut être engagé dans l’armée américaine pour combattre les nazis, mais sa faible condition physique fait qu’il est réformé. Il accepte alors de devenir le cobaye d’une expérience scientifique qui va faire de lui un homme aux capacités physiques surhumaines, plus fort, plus endurant et plus rapide qu’un humain normal. Malheureusement, le Professeur Erskine, l’inventeur du sérum du super-soldat, meurt et emporte ses secrets de fabrication avec lui. Rogers étant devenu le seul super-soldat, on lui file un costume et un entraînement au combat afin qu’il devienne Captain America, prêt à botter le cul de ses ennemis !

Ce qui est intéressant de voir avec le pitch de départ de Captain America et le concept du personnage, c’est qu’ils comblent une sorte de frustration et amènent vers une sorte d’idéal au-delà même du côté patriotique. Sans vouloir me lancer dans de la psycho de comptoir, l’histoire de Steve Rogers fait appel à un sentiment relativement compréhensible : devenir un homme, un héros, qui possède des valeurs morales comme le sens des responsabilités, et qui lutte pour une cause considérée comme juste contre un ennemi redoutable pour protéger les faibles et les innocents. Si cela peut se retrouver à toutes les époques, le contexte historique lui donne tout son sens puisqu’on trouve quelque chose de visible à détester. Et à défaut de vouloir être comme lui ou de pouvoir l’être, on peut être admiratif ou au moins comprendre son combat. Et c’est ainsi que débute la longue carrière de Captain America, qui ne peut être résumée complètement ici, mais il est possible de s’attarder sur quelques étapes importantes de son existence.

Dans Avengers (vol.1) #4, les Vengeurs découvrent que Captain America est resté prisonnier dans de la glace en Antarctique, en état d’hibernation et de conservation. On apprend que Steve Rogers s’est accroché a un missile ennemi pour tenté de l’empêcher d’atteindre son objectif et il a réussi, mais s’est retrouvé projeté en plein ciel et envoyé au fond de l’océan. Réveillé par l’équipe, il l’intègre et prend même la fonction de leader. Il devient un membre tellement important qu’on a parfois tendance à oublier qu’il ne fait pas partie des fondateurs. En effet, il remplace Hulk, parti de l’équipe et considéré comme trop instable et ingérable. Ces éléments ont tellement marqué l’histoire du personnage qu’ils seront repris dans les grandes lignes pour l’Ultimate Captain America. Mais cette aventure devenait du coup contradictoire, que cela soit d’un point de vue idéologique (Captain America n’a pas changé d’opinions politiques pendant son coma) et scénaristique, avec des comics parus dans les années 50 où l’on pouvait suivre un Captain America qui assumait son racisme et son anti-communisme. Une explication sur cette période sera donnée des années plus tard par des histoires écrites par le scénariste Ed Brubaker, qui mettra en lumière le fait qu’ il s’agissait à cette période d’un Captain America de remplacement.

Quand au vrai Captain America, il revient ainsi dans une époque qu’il a du mal à comprendre et cet aspect du personnage est davantage appuyé dans sa version Ultimate (←), où il est surtout un militaire et bien moins un super-héros. Il garde une mentalité arriérée et datée dans un monde où les ennemis et les enjeux géopolitiques ne sont plus les mêmes. Mark Millar, créateur des Ultimates, lui fait perdre en iconisation ce qu’il gagne en réalisme, quitte à le modifier au point d’en faire un homme bien plus violent que son modèle original.

Pour en revenir à la version classique, on peut par exemple aborder les nouveaux enjeux du combat de Captain America à travers ses ennemis. Crâne Rouge (→), son Nemesis attitré et super-vilain nazi, a dû « oublier » son orientation politique par rapport à l’Histoire car le régime nazi a désormais disparu. Pour résumer, il est donc devenu un terroriste qui, entre autres choses, a fondé avec quelques alliés l’organisation secrète Hydra, qui possède encore une idéologie fascisante issue du nazisme mais rappelle également des menaces historiques bien plus intemporelles et/ou actuelles.

Captain America aura l’occasion de mettre à l’épreuve ses convictions encore une fois lors du mémorable cross-over Civil War (←), englobant une bonne partie des protagonistes de l’univers Marvel. Lorsque le gouvernement américain décide de faire voter une loi, visant à faire en sorte que les super-héros soient recensés afin qu’ils soient reconnus comme agents des États-Unis (notamment à cause d’un combat entre le super-vilain Nitro et les New Warriors qui a causé la destruction de la ville de Stamford), avec tous les avantages légaux que cela peut avoir et que leurs identités secrètes soient connues de la Maison Blanche pour permettre de les mettre face à la justice en cas de problème, Captain America refuse de s’inscrire. Devenu fugitif, il prend le commandement d’un groupe de héros résistants appelés les Vengeurs Secrets, persuadés que garder leur indépendance par rapport aux dirigeants est une nécessité. Si l’ennemi n’est plus le même, le combat pour garder sa liberté face à un système perdure.

Enfin, difficile de parler de Captain America sans évoquer Bucky Barnes (→), son side-kick lors de la Seconde Guerre Mondiale et son ami de longue date, dont l’histoire est elle aussi complexe. La mort de Bucky, causé par le même événement qui a mis Steve Rogers sous la glace, était considéré comme quelque chose auquel il ne fallait pas touché dans la continuité Marvel, mais paradoxalement certains auteurs ne pouvait s’empêcher de créer des aventures où Cap (surnom de Captain America) rencontrait Bucky d’une manière ou d’une autre. Il s’avérait alors qu’il s’agissait généralement d’un double (robotique ou autre), ou bien de flashbacks de leurs aventures communes pendant la guerre 39-45.

Le pas a été franchi lorsque le Winter Soldier (←), un mercenaire surentraîné « crée » par les communistes fait son apparition et se révèle être Bucky, récupéré il y a des années par le camp d’en face et ayant subi un lavage de cerveau. Revenu du côté de son vieil ami, il ira même jusqu’à porté le costume de Captain America pour le remplacer, notamment lors de la mort temporaire de Steve Rogers.

Mais Bucky n’est pas le seul à avoir été à ses côtés et Cap a su s’entourer d’alliés fidèles. Comme le Faucon alias Sam Wilson, super-vilain malgré lui au départ car « crée » et manipulé par Crâne Rouge mais devenu un super-héros à part entière, ou bien encore Sharon Carter, un agent du SHIELD dont Cap a connue la tante, Peggy Carter, pendant la Seconde Guerre Mondiale.

 

Si le bouclier circulaire de Captain America (qu’il peut lancer afin de le faire rebondir sur différentes surfaces ou directement sur ses ennemis) est aussi célèbre que son porteur, il n’a pas toujours existé tel quel. Le bouclier circulaire a été fabriqué à partir de vibranium, matériau très résistant que quasiment rien ni personne ne peut détruire, exception faite par exemple du Docteur Fatalis lors du mythique cross-over des Guerres Secrètes. Mais à ses débuts, Steve Rogers utilisait un bouclier triangulaire en métal, abandonné suite à des histoires de droits avec un autre personnage lui ressemblant beaucoup. Puis, pendant une période temporaire où il a perdu son bouclier en vibranium, il a utilisé un autre bouclier uniquement composé d’énergie, activable par un dispositif situé dans son gant.

Maintenant que ce dossier vous a, je l’espère, apporté des infos utiles sur Captain America, il ne reste plus qu’à voir ce que va donner Captain America : The First Avenger.

Merci à Guillaume du site Cloneweb pour sa collaboration.



à propos de l'auteur

Mr Danny





 
 

 
DOSSIER Man of Steel 1

DOSSIER : Superman – Man of Steel, de cape et d’acier

Son nom est connu partout dans le monde. Et pourtant le film qui sort aujourd’hui sur les écrans, à savoir Man of Steel, se targue de ne pas l’utiliser sur son affiche. Bien que de nombreuses personnes n’aie...
par Mr Danny
0

 
 
LA B-A DU JOUR Thor - Le Monde des Ténèbres 1

LA B-A DU JOUR : Thor – Le Monde des Ténèbres, Asgard rapproché

La B-A du Jour, c’est Thor – Le Monde des Ténèbres (Thor – The Dark World) d’Alan Taylor. Alors qu’Iron Man 3 sort demain chez nous, Marvel Studios fait dans le marketing précis et sort déjà ...
par Mr Wolf
0

 
 
COMICS OF THE MONTH Avril 2013 1

COMICS OF THE MONTH : Avril 2013 !

Alors bien sûr, ce mois-ci se termine le méga-crossover mi-figue mi-raison Avengers vs X-Men chez Panini. Bien sûr, Urban propose toujours trois très bons mensuels DC en kiosques. Mais ça vous le savez déjà et les change...
par Mr Wolf
0

 

 
FLUX TENDU spécial Avengers vs X-Men, mois 5 1

FLUX TENDU : spécial Avengers vs X-Men, mois 5/6

Le mois dernier était un bon mois pour le crossover Avengers vs X-Men. Cette trentaine de jours ne peut pas se vanter du même compliment. En dehors d’incohérences effarantes et d’ordre de publication erratique (m...
par Mr Wolf
0

 
 
COMICS OF THE MONTH Mars 2013 1

COMICS OF THE MONTH : Mars 2013 !

Après un mois chargé par le festival d’Angoulême, on revient à la normale… niveau quantité. Parce que qualitativement parlant, il a été très dur de ne retenir que douze titres pour ce mois de mars. C’e...
par Mr Wolf
0

 
 
UNE CASE AU MOINS Spider-Men 1

UNE CASE AU MOINS : Spider-Men, toiles de fond

Mini-série historique chez l’éditeur Marvel, Spider-Men marque la première rencontre entre l’univers classique et celui, plus récent, d’Ultimate. Pour commencer soft, dans un premier temps, la collision e...
par Mr Wolf
0

 





  1. Rookie

    il ira même jusqu’à port-ER !! le costume de Captain America pour le remplacer, notamment lors de la mort temporaire de Steve Rogers.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>