CINÉMA

7 décembre 2012

EN QUELQUES MOTS : Mais qui a re-tué Pamela Rose ?, paquet KDO

Presque une décennie après avoir livré ce qui restera irrémédiablement une comédie culte pour toute une génération d’idiots comme moi, Kad et Olivier reforme le duo Bullit-Ripper dans Mais qui a re-tué Pamela Rose ?, suite improbable du film à l’à peu près même titre. Dans un paysage comique où les Américains dominent et les Français patinent, on attendait beaucoup de ce retour des braves. On a eu beaucoup. Un peu dans tous les sens, certes, mais beaucoup quand même…

Quand il reçoit un appel du shérif de Bornsville lui annonçant que le cercueil de Pamela Rose a été volé, l’agent Douglas Riper voit là une occasion de renouer les liens avec son ancien coéquipier Richard Bullit. Un ex-ami avec lequel il est brouillé, depuis des années, suite à une fâcheuse histoire de femme et de Fuego. Les deux anciennes gloires du FBI, devenus des purs has-been, se retrouvent donc pour enquêter sur cette profanation, sans savoir qu’ils sont en réalité attirés dans un piège par un homme qui leur en veut beaucoup. Sans se douter non plus qu’ils seront bientôt les seuls à être au courant que la présidente des États-Unis of America est sur le point d’être assassinée. Rien que ça…

FOUTOIR

Kad et Olivier n’ont jamais été des gens très ordonnés. Venus de la radio où on passe rapidement d’une chose à l’autre sans transition, ils ont gardé ce réflexe qui les fait rapidement passer du coq à la loutre sans passer par l’âne. Et si ça passait très bien à la télé, il avait fallu Eric Lartigau à la réalisation du premier opus pour canaliser l’énergie débordante du couple comique. En charge d’eux-mêmes, Kad&O ont souvent du mal à viser juste et semblent plus aborder leur film comme une série de sketches, passant d’une tonalité humoristique à une autre dans un bordel qui, s’il est foutraque, reste aussi incroyablement joyeux. Et bien que certaines vannes aillent trop loin et n’arrivent pas à s’arrêter à temps, la faute est à jeter à un trop-plein d’idées et d’envies qui auraient finalement presque pu s’étaler sur deux films.

PARODIE

Néanmoins, voilà, Mais qui a re-tué Pamela Rose ? est drôle, très drôle, et va jusqu’au bout de sa volonté. Cultivant un goût de l’absurde, de la surenchère et du ridicule, Bullit et Ripper seraient un peu les cousins extravertis d’OSS 117. Là où les films d’Hazanavicius gardent un côté pince-sans-rire et classieux, Kad et Olivier y vont à fond, mais les deux œuvres ont en commun de proposer une parodie sincère et surtout visuellement nickel. En tournant cette fois réellement aux États-Unis (surtout à Washington), le duo apporte encore en authenticité à leur décorum, s’appuyant toujours sur une reconstitution juste de l’Amérique qui, dans son réalisme, érige le film, comme son prédécesseur, au rang des bonnes parodies, une catégorie de plus en plus désertée par manque de sérieux technique et artistique.

SINCÉRITÉ

Et derrière ce goût du travail bien fait se cache la qualité principale du duo, celle qui fait qu’ils sont toujours autant appréciés et que tout tient debout : une profonde sincérité. Kad et Olivier ne se restreignent pas, citent Mel Brooks et les ZAZ avec référence et révérence, mais assument de cuisiner leur propre tambouille, avec leurs codes, leur timing et leur ton. A l’heure où l’humour français se cantonne trop souvent à des chroniqueurs en costards attentif à leur image, les deux semi-chauves se griment, s’enlaidissent, s’abaissent au pire pour atteindre leur but ultime : faire rire. Ce n’est pas leur image qui importe mais bien l’image tout court, celle du film, soignée, peuplée de personnages lâches et improbables aux perruques immondes. Mais qui a re-tué Pamela Rose ? veut faire rire et veut être un vrai morceau de cinéma qui aime ce qu’il fait. Mission accomplie.

Actuellement en salles



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>