CINÉMA

7 mars 2013

EN QUELQUES MOTS : Möbius, petits nids d’espions

EN QUELQUES MOTS Möbius

Même si le thriller est un des seuls genres décemment développés dans le cinéma français, Möbius faisait preuve dès le départ d’une marginalité assumée. Mêlant les langues, les pays et les nationalités d’acteurs autour d’une intrigue aux contours flous. Au final, on a tout entendu et son contraire sur le nouveau long-métrage d’Éric Rochant, et c’est peut-être parce qu’il résulte en un objet marginal, tout aussi captivant que déroutant…

EN QUELQUES MOTS Möbius 2Grégory Lioubov, un officier des services secrets russes est envoyé à Monaco afin de surveiller les agissements d’un puissant homme d’affaires. Dans le cadre de cette mission, son équipe recrute Alice, une surdouée de la finance. Soupçonnant sa trahison, Grégory va rompre la règle d’or et entrer en contact avec Alice, son agent infiltré. Naît entre eux une passion impossible qui va inexorablement précipiter leur chute…

ÉTRANGE

Au sortir de la salle, je dois bien avouer que je ne savais pas si j’avais aimé Möbius. Peut-être parce qu’en dehors d’une belle et cruelle histoire d’amour, on a du mal à ressentir quoi que ce soit d’intense ou de profond face à cet proposition de cinéma finalement très austère où Rochant taille son récit dans les silences, les non-dits et les conversations techniques. Quasiment dénué d’action (hormis une très belle scène de bagarre dans un ascenseur), c’est un film d’espionnage à l’ancienne qui nous est donné à voir, plus proche de La Taupe que du dernier James Bond. Les scènes s’enchaînent calmement, sereinement, sans jamais se bousculer ou nous bousculer et posent les bornes d’une ambiance délétère et inhospitalière où on frôle constamment le malaise.

JEU

Autant le dire d’emblée, si la réalisation de Möbius est plutôt dans le haut du panier de ce que l’hexagone peut produire, on est bien loin des ambitions annoncées et attendues par ce jeu de dupes, d’échec et de massacre pourtant savamment orchestré sur le papier, mais qui manque de mordant et de fougue à l’écran. Et qui, surtout, semble bien fauché en comparaison avec la quantité impressionnante de subventions régionales et nationales avec lesquelles le générique nous agresse dès les premières minutes. On se demande bien vite où est passé tout cet argent à l’écran, qui projette trop souvent des décors sans âme qui font toc. Heureusement, Rochant prend par contre le soin de mettre en scène ses acteurs, et ce qu’il perd visuellement, il le gagne émotionnellement.

EN QUELQUES MOTS Möbius 3EN QUELQUES MOTS Möbius 4EN QUELQUES MOTS Möbius 5

PRÉCISION

Tout est question d’exactitude et de précision. De vrais mensonges et de faux pas. Et au milieu de tout ça, la pureté des sentiments les plus primaux et les plus irrépressibles viennent enrayer la mécanique et insuffler, enfin, de la vie aux machinations financières et bureaucratiques. Avec un sens du détail et une subtilité rare, Rochant filme deux grands acteurs qui joue l’amour le plus pur, celui qui n’a ni raison ni réflexion, celui qui vibre dans chaque scène qui réunit Jean Dujardin et Cécile de France. Intense et érotique sans jamais tomber dans le glam vulgaire, leur relation a quelques chose d’animal chez ses deux êtres qui s’étaient tout entiers dédiés à la façade et aux apparences. On aura rarement vu plus belles scènes de sexe au cinéma, montrant les corps comme exutoires des sentiments. Dujardin et De France sont fascinants, presque hypnotiques, et c’est bien leur histoire qui nous intéresse ici, superbe et sombre, dont la conclusion incroyablement ignoble n’empêche pas une ultime scène d’une justesse et d’une douceur tétanisante.

Actuellement en salles



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 





  1. poun

    bravo Mr Wolf
    tout à fait d´accord avec vous pour votre analyse
    c´est effectivement l´impression que laisse le film à la sortie de la salle
    bien vu et bien dit comme d´hab !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>