CINÉMA

14 juillet 2012

EN QUELQUES MOTS : Piégée (Haywire), catch me if you can

Il nous aura fallu attendre six mois pour voir sur nos grands écrans (les petits auront profité des grâces du téléchargement) le « nouveau » film de Steven Soderbergh. Un comble quand on sait l’aura que le réalisateur a acquis après des succès comme les Ocean’s…, Traffic, Erin Brokovich et consorts. Mais on peut sûrement mettre cette sortie tardive sur le compte de la nature-même du film, à savoir un thriller d’espionnage auteurisant qui a et va en décontenancer plus d’un. On essaye, en quelques mots, d’expliquer pourquoi Piégée (Haywire) est aussi « bizarre »…

Agent d’élite, Mallory Kane est spécialiste des missions dans les endroits les plus risqués de la planète. Après avoir réussi à libérer un journaliste chinois retenu en otage à Barcelone, elle découvre qu’il a été assassiné – et que tous les indices l’accusent. Elle est désormais la cible de tueurs qui semblent en savoir beaucoup trop sur elle… Mallory a été trahie. Mais par qui ? Et pourquoi ?…

DOBBS

Lem Dobbs, de son nom complet, est le scénariste de Piégée. Et si l’ambiance et le style du film est aussi particulier, c’est probablement parce que le type est aussi à l’origine d’un autre long-métrage très spécial mais complètement culte : Dark City. Dans un genre tout autre, il tisse le fil d’un récit d’espionnage finalement pas si complexe et finalement pas si original que ça : le coup de l’agent trahi par ses employeurs, c’est un peu la base de 90% des pelloches du genre ! Heureusement, c’est bien dans la structure de son récit que Dobbs parvient à étouffer l’impression de déjà-vu, convoquant flashbacks et récits dans le récit pour donner à l’ensemble l’image d’un puzzle qui, une fois complété, se révèle bien plus simple à appréhender qu’il le semblait au départ.

SODERBERGH

Et comme il l’avait fait avec Alex Proyas pour Dark City, Dobbs s’est trouvé en Steven Soderbergh un réalisateur parfait pour mettre en image les mésaventures de Mallory Kane. Celui qui a traverser presque tous les genres place ce thriller entre un film d’épidémie (le sous-estimé Contagion) et un nouveau sur les strip-teasers (Magic Mike). Les deux bonshommes avaient déjà collaboré sur l’excellent L’Anglais, et il faut bien reconnaître à « l’autre Steven S. » un savoir-faire technique toujours impressionnant. A l’aise dans tous les styles, Soderbergh s’impose une nouvelle fois comme un cinéaste qui refuse de se répéter et de filmer systématiquement le même film. Il s’adapte tout entier à la tâche face à lui et se dédie totalement à ses œuvres, sans jamais oublier qu’il fait du Cinéma avec un C majuscule et ne peut jamais être catégorisé de mainstream ou d’auteur. Si cette malice ne fonctionne pas à tous les coups, on peut lui reconnaître de réussir à mettre en boîte des scènes d’action surprenantes, souvent exemptes de toute musique, aussi primales que directes. La course-poursuite en pleine forêt enneigée est à ce titre un des morceaux de bravoure du film, parvenant en un minimum de plans à prouver qu’un vrai découpage fera toujours plus mouche que l’épileptisme prôné par la saga Bourne et ses descendants.

CARANO

Mais cette radicalité des combats (et de l’action en général), il ne l’obtient que grâce à des acteurs mobilisés, et en premier lieu une Gina Carano qui n’est visiblement jamais doublée. Pendant les dix minutes où elle échappe aux forces de police irlandaises, l’actrice/catcheuse fait preuve d’une implication de tous les instants et nous scotche tout du long. Sa présence ajoute un réalisme impressionnant à l’ensemble et même si ses expressions faciales sont limitées à une moue blasée, c’est bien dans son mouvement et ses gestes qu’elle nous embarque sur le fil de son histoire. D’autant qu’elle est épaulée par un casting dingue, de Michael Douglas à Antonio Banderas, en passant par un Channing Tatum surprenant et un Michael Fassbender époustouflant, qui explose lors d’une scène de combat à mort absolument énorme, où lui et Carano se mettent furieusement sur la gueule à travers une chambre d’hôtel qui prend cher. Si Piégée n’est ni le meilleur film de l’année, ni le meilleur de Soderbergh, il reste un pied de nez réussi à un genre sur-exploité (l’espionnage) qui masque trop souvent la vacuité de son script par un filmage clipesque.

Actuellement en salles



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
TOT OU TARD Cannes 2013 - la Sélection Officielle 1

TÔT OU TARD : Cannes 2013 – la Sélection Officielle

Alors qu’on apprenait il y a quelques semaines que Steven Spielberg porterait la casquette de président du jury de cette 66e édition du Festival de Cannes, celui-ci partait déjà sous les meilleurs auspices. Et alors q...
par Mr Wolf
0

 





  1. Tout +1 !! Un excellent moment de cinéma :)


  2. Oh, j’irais peut-être pas jusqu’à dire excellent, mais ça change un peu.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>