CINÉMA

17 novembre 2012

EN QUELQUES MOTS : Sinister, super 8 clos

La France est un pays dont les habitants ont été désignés trop trouillards par les distributeurs pour aller voir des films d’horreur en salles. Donc, quand un représentant du genre parvient à sortir sur grand écran, c’est soit parce qu’il est particulièrement bon, soit particulièrement mauvais (je ne cite pas d’exemples, ils vous viendront tous seuls). Et vu que Scott Derrickson n’est pas vraiment réputé pour avoir enfanté des classiques instantanés, on craignait que Sinister ne tombe dans la seconde catégorie. A la place, on a eu droit à une œuvre aussi flippante que réussie. Mince…

Ellison est un auteur de romans policiers inspirés de faits réels. Dans l’espoir d’écrire un nouveau livre à succès, il emménage avec sa famille dans une maison où les anciens propriétaires ont été retrouvés inexplicablement pendus. Ellison y découvre dans le grenier des bobines 8mm contenant les images de meurtres d’autres familles. Qui a filmé ces tueries et pour quelle raison ? Ellison va tenter de répondre à ces questions tandis que le tueur présumé, une entité surnaturelle présente sur les films, menace de plus en plus sa famille…

CHANCE

Devant comme derrière la caméra, Sinister est une histoire de seconde chance. Pour le père de famille interprété par Ethan Hawke, et pour l’acteur lui-même. Star dans les années 90, Hawke peine depuis le changement de millénaire à trouver la place qui lui est due à Hollywood. Ce n’est pas faute d’avoir enchaîné des rôles sympathiques avec charisme (on pense à Daybreakers), mais il ne fait clairement pas partie du groupe de stars qui trustent le box-office et les récompenses. Là, il prouve réellement toute l’étendue de son talent. Sans déborder, sans faire l’acteur, Hawke incarne Ellison Oswalt avec force, conviction et surtout un sens du naturel bluffant. Ne se mettant jamais en avant et laissant l’intrigue le diriger, l’acteur relève avec aisance l’exercice compliqué d’être le référent quasi-unique du spectateur (il est dans les trois quarts des plans). De l’autre côté de la caméra, Scott Derrickson a droit à une autre chance. Après avoir livré un Jour où la Terre s’arrêta pataud et le mal-aimé L’Exorcisme d’Emily Rose, le réalisateur convainc ici autant qu’il a déçu par le passé.

SCRIPT

Et si Derrickson s’en tire aussi bien, c’est probablement grâce à un script bien troussé (par lui-même et C. Robert Cargill). On lit ça et là que le scénario de Sinister s’est écrit sur un timbre-poste ou encore qu’il est d’une maigreur maladive. Sauf que le film n’est ni un drame social ni une fresque historique mais un film d’horreur. Et pour une fois, contrairement à nombre de ses congénères actuels, un film d’horreur qui a quelques chose à dire en dehors des séquences d’épouvante. Il faut d’emblée reconnaître le soin tout particulier apporté aux dialogues. Que ce soit une engueulade de couple ou une discussion surréaliste avec l’officier Machin, on y croit réellement, et les répliques sonnent juste et vrai. La façon la plus efficace de donner du corps au film et de donner autant d’importance à l’histoire qu’à la peur, si bien qu’aucune d’elles n’a jamais l’air d’être l’excuse de l’autre. Et dans une période où le genre préfère se reposer sur une ambiance pas toujours top qui lui donnent plus des air d’attraction foraine que de cinéma, c’est quand même sacrément agréable de ne pas avoir un script anémique.

FLIPPE

Et c’est justement parce que les personnages sont palpables et les enjeux marqués qu’on s’attache rapidement au déroulement des événements et aux victimes qu’ils font. Du coup, loin d’un Paranormal Activity où les acteurs ne sont là que pour peupler l’image, on s’attache réellement à Ethan Hawke et sa petite famille fictionnelle. D’autant que Derrickson semble maintenant avoir pigé l’intérêt des parti-pris et souffle dans sa création un vrai vent artistique. Sa réalisation préfère un certain classicisme posé, à l’opposé complet de la mode en vigueur, qui se révèle bien plus flippant que n’importe quelle caméra au poing en convulsion. On prend le temps d’installer une ambiance, une tension et de laisser souffler le spectateur en relâchant la pression. De plus, Sinister détourne habilement la mode du found-footage (vidéo amateur retrouvée) en mettant au cœur de son récit une collection morbide de films super 8 qui mettent bien les fois. C’est d’ailleurs sur une de ces vidéos perverses que s’ouvre le métrage, une annonce aussi réjouissante que dérangeante sous forme de programme ou plutôt de promesse que Derrickson réussit à tenir jusqu’au bout, dans un final où le surnaturel prend complètement le contrôle du film pour une séquence d’où n’est pas absente une certaine poésie.

Actuellement en salles



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 





  1. colibri

    « Le mal-aimé L’Exorcisme d’Emily Rose » on sent bien la patte de l’auteur.. Cette ambiance qui s’installe afin de nous surprendre au plus vif était déjà présente.. Certes pas suffisamment poussée encore, mais c’était un début!
    En tous cas, Sinister est un très bon résultat, un bon film à chair de poule ;)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>