CINÉMA

10 décembre 2012

EN QUELQUES MOTS : The Impossible, vague à l’âme

En soi, on pourrait dire de The Impossible que c’est un grand film. Par son sujet, par son casting, par sa mise en scène, par les sentiments qu’il aborde. Un film démesuré qui a conquis l’Espagne dont il est originaire et qui assurera à son réalisateur, Juan Antonio Bayona, une renommé internationale. Mais pour autant qu’il veuille l’être, le film n’est pas parfait et s’enlise peu à peu dans une direction qu’on aurait préféré éviter. On vous explique pourquoi en trois étapes…

L’histoire d’une famille prise dans une des plus terribles catastrophes naturelles récentes. The Impossible raconte comment un couple et leurs enfants en vacances en Thaïlande sont séparés par le tsunami du 26 décembre 2004. Au milieu de centaines de milliers d’autres personnes, ils vont tenter de survivre et de se retrouver. D’après une histoire vraie…

RAZ-DE-MARÉE

La première chose qu’on ne peut en aucun cas reprocher à The Impossible, c’est la justesse de son interprétation. Si le choix de renationaliser la famille est avant tout un choix de production, le couple Ewan McGregor-Naomi Watts explose et reposer l’histoire sur les épaules de ces deux acteurs incroyables de naturel est extrêmement judicieux. La mise en place familiale permet de s’attacher très rapidement aux parents et à leur petite fratrie, notamment en utilisant judicieusement quelques plans en caméra amateur. Puis survient le tsunami. Un enchevêtrement de scènes homériques et puissantes, portées par des images et d’effets spéciaux impressionnants. Il est là, l’autre irréprochable : Une mise en scène implacable de la catastrophe où Bayona filme la catastrophe au plus près du réel. Et si le déferlement est amené avec un suspense redoutable, c’est bien quand les personnages ressortent la tête de l’eau qu’on est réellement vissés sur notre siège. Dans des plans aériens ultra-réalisme, on suit la tentative de survie d’une mère et de son fils, ou plutôt le combat de l’infiniment petit face à l’infiniment grand. La séquence est dure, rude, brutale, douloureuse, et se place déjà parmi les scènes les plus marquantes et les plus inoubliables du cinéma de la décennie. Rien que ça.

CONTRE-COUP

L’idée de scénario maline de Sergio G. Sánchez (complice de Bayona depuis L’Orphelinat), c’est de séparer la famille en deux entités et de se fixer sur une des deux pour laisser longtemps planer le doute sur le sort de l’autre. On suit donc le calvaire de cette mère et de son aîné pour échapper aux flots, puis pour trouver de l’aide dans un pays en pleine gueule de bois. On se sent perdus avec eux, face aux Thaïlandais qui leur portent secours, et face à un système médical qui compte sur des bouts de ficelle pour tenir debout. Au niveau de la reconstitution, Bayona et son équipe ont fait un boulot remarquable de vérité. Les plans larges ultra-détaillés sur l’hôpital surchargé et le grouillement des douzaines de figurants donnent un aperçu vertigineux de la catastrophe et de son contre-coup. Le jeune Tom Holland, excellent, fait mûrir son personnage sous nos yeux et on s’attache forcément à sa bouille de gamin forcé de faire fi de son jeune âge pour assumer des responsabilités d’adulte.

PATHOS

Le hic, en fait, surgit dès les deux tiers du métrage passés. Que les deux cadets et le père aient survécu, soit. Que ce dernier les abandonnent à des étrangers pour aller retrouver sa femme et son troisième fils le ramène à une humanité dont les sentiments exacerbés l’empêchent de réfléchir posément. On y croit toujours. Mais le problème, finalement, apparaissaient avant même la première image dans un écran titre qui insistait avec emphase sur ce qui coule les intentions de Bayona : « d’après une histoire vraie ». Quelques mots qui posent les limites du traitement du sujet, pourtant passionnant : en prenant comme base les mésaventures d’une vraie famille espagnole, le cinéaste et son scénariste se sont liés les mains tous seuls en obligeant l’histoire à se terminer comme la vérité le dictait et non pas leurs envies ni leurs intentions. Du coup, on se retrouve avec un dernier segment qui plombe le reste par avalanche de coïncidences et de happy endings trop vrais pour être beau. Parce que la vérité, quand elle n’est pas arrangée, ne fait pas forcément du bon cinéma et que toute l’entreprise de Bayona de nous livrer une œuvre prenante et intense retombe comme un soufflé à ne plus vouloir s’assumer. Au final, on croit plus facilement ses superbes mensonges que sa vérité crue. Un comble.

Actuellement en salles



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 





  1. colibri

    Je suis d’accord, le film est époustouflant dans son interprétation de la catastrophe. Et je trouve dommage que trop de violons s’immiscent dans le thème afin d’être sûr que le spectateur verse une petite larme…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>