CINÉMA

19 septembre 2012

FEFFS ’12 : Excision, l’ado les sent

Compétition Internationale

Je ne sais pas combien de milliards de films sont diffusés à Sundance chaque année, mais on finit par croire que tous les longs-métrages indépendants y sont présentés chaque année. Rebelote avec Excision, premier film de Norman Bates Jr et premier choc. Enfin presque, puisqu’au-delà d’un titre provoc qui n’a aucun lien avec l’histoire (si ?…), le choc n’est pas aussi puissant que bande-annonce et affiche pouvaient le laisser entendre…

Rejetée à l’école et source de déception à la maison, Pauline est une jeune fille maladroite, étrangère à tout. Elle est pourtant brillante mais n’arrive cependant pas à entrer dans le moule, aussi bien dans son lycée chic qu’au sein de sa famille déséquilibrée – sa mère bourgeoise coincée, son père très peu viril et sa sœur bien aimée de 12 ans, Grace. Grace, elle, est magnifique, “normale”, mais se meurt de la mucoviscidose. Pauline rêve d’être chirurgienne, elle est maladivement attirée par la chair et par l’univers de la médecine et entreprend de guérir Grace…

Bon, je m’attendais à ce qu’Excision soit nettement plus trash. Pas que le film soit au final une bluette gnan-gnan, pas du tout. Mais le traitement est bien moins subversif que ne peut l’être son héroïne. Interprétée par une AnnaLyne McCord méconnaissable en souillon m’en-foutiste et dérangée, le personnage de Pauline représente bien la tache rouge sang sur la robe immaculée du microcosme familial et scolaire qui gravite autour d’elle. Pour autant, Bates Jr ne tombe jamais dans l’outrance et écrit Pauline comme une ado « normale », c’est-à-dire complètement déphasée avec son entourage. Fascinée par le corps et ses rouages mais bien peu par son propre apparence, la jeune femme est bourrée de contradictions à mesure qu’elle se découvre elle-même et se rêve chirurgienne pour assouvir sa passion.

Les pulsions de Pauline sont imagées par des séquences oniriques aussi cliniques que sanglantes, où s’exprime pleinement toute la perversion de la jeune fille, profondément excitée par le morbide. Mais tout le sel et la saveur d’Excision se trouve dans les interactions de l’héroïne avec ceux qui gravitent autour d’elle. Tous sont campés par des tronches connues, soit du cinéma de genre (John Waters, Malcolm McDowell, Ray Wise), soit de la télé (Roger Bart, Ariel Winter) et même l’ex-star du porno Tracy Lords, qui incarne ici une mère BCBG incapable de comprendre les autres et général, et sa fille en particulier. C’est sur leur relation principalement que se fixe Bates Jr, en faisant l’exemple symptomatique des névroses adolescentes et parentales. Le jeune réalisateur poussera même le vice jusqu’à clore son film sur une note violente et désespérée, où il nous quitte d’un coup en nous laissant face à l’horreur des conséquences de ce qu’il avait passé son temps à normaliser.

Sortie française indéterminée

VOIR TOUS LES ARTICLES SUR LE FEFFS 2012



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>