CINÉMA

15 septembre 2012

FEFFS ’12 : Jackpot (Arme Riddere), pas touche au gros lot

Séances Crossovers

Film inaugural des Séances Crossovers, Jackpot (Arme Riddere) ne se situe pas tout à fait à la frontière entre les genres et revendique sa nature de polar. Mais un polar dans la veine de Tarantino, Ritchie ou des Coen : décalé, franc-du-collier et limite burlesque…

Oscar Svendsen s’éveille, tenant un fusil à la main et coincé sous le corps obèse d’une femme morte. Il est au beau milieu du Pink Paradise Club, qui fut une boîte de strip-tease des plus respectables jusque-là, à la frontière suédo-norvégienne. Eparpillés parmi les poupées gonflables, gisent huit autres cadavres. Devant lui se tient le détective Solor du Service National d’Enquêtes Criminelles. Sous le coup des méthodes quelques peu excentriques du détective, Oscar finit par cracher les détails d’une histoire barrée selon laquelle, accompagné de trois ex-taulards travaillant comme lui au Evergreen Plastic Christmas Tree Plant, il aurait acheté un billet gagnant pour le loto sportif. Mais le jackpot, d’une valeur de plusieurs millions de couronnes, se serait avéré difficile à partager en quatre. L’affaire s’est soldée par une orgie de corps et de membres disséminés tous azimuts, non sans l’aide précieuse de fusils à clous et de broyeurs à bois, bien entendu…

Je ne sais pas trop pourquoi je n’ai pas été emballé plus que ça par Jackpot (Arme Riddere). Autant sur le papier que sur l’écran, le film de Magnus Martens a tout pour plaire. Un casting de tronche assez fracassé, une histoire en flashbacks plus ou moins objectifs, une intrigue qui ne cesse de rebondir, une dose conséquente d’humour noir, des personnages aux caractères bien trempés… le tout ne manque pas d’attraits. Surtout à en juger une ouverture complètement ouf qui roule à cent à l’heure et en met plein la vue. Tout comme des scènes tordantes (les cadavres transformés en sapins décoratifs, l’engueulade pendant la découpe du premier corps), une interprétation au diapason et quelques dialogues bien sentis. Et malgré tout ça, l’heure 22 a souvent paru trop longue.

Parce qu’en fait, vous avez déjà vu Jackpot (Arme Riddere). Mélange de Fargo, d’Usuals Suspects, d’Arnaques, Crimes et Botanique et d’une douzaine d’autres films du même tonneau, ce polar n’apporte finalement rien de nouveau au genre et se contente d’aligner des scènes déjà connues sans jamais chercher à les transcender pour proposer un point de vue original. Martens propose justement une réalisation qui reprend les tics de ses aînés et ne semble pas vraiment vouloir apporter sa pierre à l’édifice. Et quand on sait que le script est une retranscription d’un bouquin jamais publié du célèbre romancier Jo Nesbø, on comprend mieux le déroulement et le rythme très littéraire de l’intrigue. Bref, le nouveau long-métrage de Martens à toutes les qualités, mais pas le petit truc en plus qui aurait pu le faire décoller, nous surprendre et dépasser les codes qu’il a juste choisi de suivre. Pas désagréable, en somme, mais pas suffisamment « unique ».

Sortie française indéterminée

VOIR TOUS LES ARTICLES SUR LE FEFFS 2012



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>