CINÉMA

16 septembre 2012

FEFFS ’12 : Maniac, un scalp à passer

Séances Spéciales

Il n’aura même pas fallu attendre la première strangulation pour voir un couple de cinquantenaires propres sur eux sortir de la salle en bougonnant. En même temps, quand on va voir dans un festival consacré au fantastique un film intitulé Maniac, faut pas s’attendre à voir le nouveau Nicole Garcia. Mais plutôt une des pelloches les plus dérangeantes de l’année. CQFD…

Dans les rues qu’on croyait tranquilles, un tueur en série en quête de scalps se remet en chasse. Frank est le timide propriétaire d’une boutique de mannequins. Sa vie prend un nouveau tournant quand Anna, une jeune artiste, vient lui demander de l’aide pour sa nouvelle exposition. Alors que leurs liens se font plus forts, Frank commence à développer une véritable obsession pour la jeune fille. Au point de donner libre cours à une pulsion trop longtemps réfrénée - celle qui le pousse à traquer pour tuer…

On est pas bien quand on ressort de Maniac. Et ça vient probablement du fait qu’on vient de passer une heure et demie dans la tête d’un serial killer. Mais le Miami impeccable de Dexter n’est pas la Los Angeles vertigineuse et crasseuse de Frank. De jour comme de nuit, la mégalopole américaine déballe ses rues interminables comme autant de couloirs vers nulle part qui grouillent d’objets de désir. Franck Khalfoun commence par filmer avec une patte certaine ce labyrinthe déviant qu’est L.A., représentation urbaine des méandres tortueux de l’esprit brisé de Frank. (Oui, l’homonymie du personnage et du réalisateur va vous le faire lire souvent, ce prénom.) Plastiquement, cette balade avec ce sociopathe fracassé est une réussite impressionnante. Classieuse et ne cédant jamais à la facilité, les images bénéficient d’un traitement remarquable à travers le montage immersif de Baxter et d’une bande originale synthétique très 80′s et efficacement angoissante.

Si on peut disserter longtemps sur l’intérêt de donner un remake au slasher culte de William Lustig (que je n’ai pas vu, donc l’affaire est réglée ici), force est de constater que le cinéaste originel a participé en personne à la production de cette relecture qui porte dès lors sa bénédiction. Une relecture augmentée puisqu’aux errements meurtriers de ce maniaque obsédé par les mannequins et les scalps viennent se greffer deux ajouts de taille. Le premier est la présence d’Elijah Wood dans le rôle-titre. L’acteur à la tronche aussi avenante qu’inquiétante livre une prestation exceptionnelle et rend palpable son personnage détraqué et la logique tordue de ses actions. Si on ne le voit réellement que sur une demi-douzaine de plans, l’acteur est bien présent constamment et rien que sa voix et ses gestes sont travaillés avec suffisamment de précision pour sentir son implication. Et si l’interprète est impressionnant, la mise en scène l’est tout autant, puisque le second ajout de taille est bien une réalisation en focalisation interne qui nous balance sans sommation dans la tête de Frank. On voit à travers ses yeux et on assiste à ses souvenirs, ses fantasmes et ses délires. Un procédé qui aurait pu lasser à la longue mais que Khalfoun dirige avec talent, prenant soin de ne pas s’enfermer et d’utiliser l’idée comme un étalage d’opportunités plutôt qu’une contrainte. La technique est impressionnante (même si on sent ça et là quelques légers ratés), d’autant qu’elle ne cède jamais à la mode de la caméra qui tremblote inutilement pour enchaîner des plans fluides et cadrés avec précision qui se révèlent bien plus anxiogènes qu’on aurait pensé. Parce que cette plongée dans le conscient et l’inconscient de Frank est un malaise quasi-constant pour le spectateur, qui se retrouve malgré lui contraint de commettre avec Frank des meurtres violents aussi libérateurs pour le personnage que crispants (euphémisme) pour nous. Bourré de contradictions pensées à l’image de son anti-héros, Maniac est de ces films qui vous régurgite plus du tout dans le même état qu’il vous avait happé au départ. Une expérience troublante et jusqu’au-boutiste qui titille le petit truc déglingué chez chacun de nous. Un choc.

Sortie française le 26 décembre 2012

VOIR TOUS LES ARTICLES SUR LE FEFFS 2012



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>