CINÉMA

17 septembre 2012

FEFFS ’12 : Storage 24, boxe entre les boxes

Compétition Internationale

Vous aimez les films de monstres ? Moi aussi ! Ça tombe bien, Storage 24 en est un joli exemple. Loin d’être un classique instantané, le nouveau long de l’english Johannes Roberts surmonte son manque de moyens par une fougue communicative et une brochette d’acteurs inspirés. Et quand c’est juste bien, de quoi on se plaint ?…

Londres est plongée dans le chaos. Un avion militaire s’est écrasé, dispersant ses cargaisons top secrètes à travers la ville. Ignorant complètement que Londres est bouclée, Charlie et Shelley, accompagnés par leurs meilleurs amis Mark et Nikki, sont dans un hangar de stockage pour faire le partage de leurs biens suite à leur récente rupture. Soudain, une panne d’électricité les plonge dans l’obscurité et les empêche de ressortir. Piégés dans des sombres couloirs sans fin, ils deviennent les proies d’un mystérieux prédateur qui les chasse les uns après les autres…

Commençons par le gros problème que j’ai eu en regardant Storage 24. Pour une fois, ce n’était rien d’aussi trivial qu’un voisin qui mâche trop bruyamment ou deux pimbêches qui ricanant bêtement mais bien un souci de proximité. Sûrement Roberts fait-il cela intentionnellement dans le but de nous faire sentir l’enfermement des personnages (et dans ce cas, pourquoi commencer dans la voiture ?), mais les plans larges se comptent sur les doigts d’une main dans son film. A rester tout du long trop près de ses personnages (jusqu’à des ultra-gros plans répétitifs), Roberts finit par agacer plus qu’oppresser. Heureusement qu’il peut compter sur la réactivité d’une troupe d’acteurs charismatiques qui donnent réellement corps à l’histoire. Leurs liens sont rapidement et fortement définis et la situation de malaise post-rupture est traitée avec suffisamment peu de clichés pour qu’on soit plongé à leurs côtés.

Les comédiens peuvent aussi compter sur d’autres qualités du métrage. Et en premier lieu une bestiole plutôt bien foutue. La purge d’une pelletée de films du genre, c’est de jouer le suspense sur l’apparence de son monstre pour finalement nous balancer une créature moche dans le mauvais sens du terme. Là, Roberts se montre sûr de lui et fait les présentations avec sa bébête avant la moitié de la bobine. Il a bien raison puisque le monstre est une « jolie » réussite, aussi dégueulasse que redoutable (comprendre quasiment increvable). L’autre atout de taille de l’entreprise est sa fraîcheur. Si on n’échappe jamais aux codes du genre (le bon gars qui se transforme en salaud, le vieux chtarbé, les portes en acier qui prennent des coups), le scénario les utilisent plutôt habilement et permet à la sauce de prendre grâce à des dialogues réalistes et souvent drôles. Un humour distillé par touches bienvenues qui rend donc Storage 24 éminemment sympathique, jusqu’à nous gratifier d’une conclusion pessimiste qu’on sentait venir dès le départ mais qui fait plaisir à voir.

Sortie française indéterminée

VOIR TOUS LES ARTICLES SUR LE FEFFS 2012



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>