CINÉMA

19 septembre 2012

FEFFS ’12 : The Pact, sévices minimums

Compétition Internationale

Comme son confrère anglais When the Lights Went Out, The Pact propose d’aborder ce sujet archi-rebattu qu’est la maison hantée sous un angle un peu nouveau et dans une esthétique moins baroque. Nicholas McCarthy n’a peut-être pas le talent de son homologue britannique, mais il réussit à livrer un film, s’il est imparfait, qui a au moins le mérite de vouloir jouer le jeu différemment…

Nicole et Annie se sont éloignées de leur mère suite à une enfance malheureuse. Lorsque celle-ci meurt, Nicole retourne dans leur maison d’enfance située dans une banlieue quelconque de Los Angeles afin de préparer l’enterrement. Quand Annie arrive, sa sœur Nicole a disparu. Il en sera de même pour d’autres personnes pénétrant cette maison emplie de secrets et de souvenirs réprimés. Annie fait de violents cauchemars et s’enfuit après l’attaque d’un être invisible. Puis Stevie, une médium fragile, révélera à Annie que cette force tente de la mettre en garde au moyen de messages qu’il lui faudra décrypter. Annie commence alors à enquêter sur les secrets de sa mère…

Déjà, un film avec Casper Van Dien, ça ne se loupe pas ! Même si l’acteur a enchaîné les rôles honteux dans des productions Z qui ne l’étaient pas moins, il faut lui laisser d’avoir une gueule unique et un charisme toujours intact. Mais son personnage de flic cool est à l’image de The Pact tout entier : on ne sait jamais sur quel pied danser et on finit pas se demander si ce n’est pas aussi le cas du réalisateur. Étendant un scénario de court-métrage pour en faire un long, Nicholas McCarthy étire son action à l’excès et joue le minimalisme d’actes et de paroles. Si c’est une conséquence de la finesse du script, elle est peu excusable, si c’est un parti-pris, il est plutôt pas trop mal exploité. Cependant, on ne peut ignorer les multiples incohérences qui émaille l’histoire, que ce soit le mystère de la maison dont on a du mal à croire qu’aucune des sœurs ne l’ait découvert plus tôt, ou même des scènes entières qui sonnent faux (le type entend le chargeur tomber par terre depuis la cuisine, mais il ne l’a pas entendu marcher sur le plancher qui craque juste au-dessus de lui ?!).

Ce qu’on peut se dire aussi, c’est que McCarthy a voulu livrer une œuvre mystérieuse et atmosphérique, qui a pour but de ne pas répondre à toutes les questions et de plus jouer sur les ressentis que sur la réflexion. En ce sens, The Pact est plutôt bien troussé avec des séquences de flippe assez classes et jouant sur un réalisme maximum, une absence d’effets spéciaux numériques bienvenue et une proximité extrême avec une actrice principale solaire et troublante, Caity Lotz. On a finalement autant de mal à adorer qu’à ne pas aimer le film, tant il campe tout du long sur sa stylisation épurée et sur une compréhension opaque. Le tout dynamité par moments d’instants de pure tension comme une séance de mediumnie plutôt originale et une autre de spiritisme qui joue avec nos nerfs. Dans l’ensemble inégale, la première réalisation de McCarthy n’en est pas moins prometteuse.

Sortie française indéterminée

VOIR TOUS LES ARTICLES SUR LE FEFFS 2012



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>