CINÉMA

15 novembre 2012

LA CLAQUE : Argo

Après être tombé en disgrâce en alignant les rôles tartes, Ben Affleck acteur est revenu à ses premières amours derrière la caméra. Grand bien lui en a fait puisque ses deux premiers films, Gone Baby Gone et The Town, ont été les deux premières pierres d’une filmographie jusque là sans faute. C’est dire si on attendait Argo comme une confirmation autant que comme l’adaptation d’une histoire vraie tellement irréelle qu’il n’y a finalement qu’un film qui puisse nous la faire avaler. Le résultat est à la hauteur des attentes et s’érige d’emblée comme un des meilleurs thrillers de l’année (si ce n’est plus)…

Le 4 novembre 1979, au summum de la révolution iranienne, des militants envahissent l’ambassade américaine de Téhéran, et prennent 52 Américains en otage. Mais au milieu du chaos, six Américains réussissent à s’échapper et à se réfugier au domicile de l’ambassadeur canadien. Sachant qu’ils seront inévitablement découverts et probablement tués, un spécialiste de « l’exfiltration » de la CIA du nom de Tony Mendez monte un plan risqué visant à les faire sortir du pays. Un plan si incroyable qu’il ne pourrait exister qu’au cinéma…

Dès les premières secondes, on est happés. Par un récapitulatif historique aussi bienvenu et complet que ludique, où les images d’archives se mêlent à un storyboard dynamique. On se rappelle alors l’entrée en matière tout aussi virtuose du Royaume et tout s’explique quand on se rend compte que les deux films partagent le même scénariste : Chris Terrio. En une poignée d’images, on se souvient alors pourquoi l’Iran a une dent si dure contre les USA et pourquoi le Moyen-Orient est encore aujourd’hui en feu. L’action se situe peut-être à cheval entre 1979 et 1980, mais Argo parle bien de la situation géopolitique actuelle, que les trente ans passés n’ont changé en rien. Pire encore, Ben Affleck montre clairement ce qui bloque. Dans le film et dans la réalité, personne n’est innocent, et le laisser-faire démocratique manipulateur des États-Unis ne vaut pas mieux que la plongée extrémiste révolutionnaire de l’Iran. Point de prise de position ici, et on a du mal à comprendre où certains journalistes ont pu déceler un accès de patriotisme chez le réalisateur. Au contraire : tous les protagonistes ou presque sont de beaux salauds sûrs d’eux, de leurs convictions et de leurs méthodes, et l’américanisme nombriliste des dirigeants américains est un aveuglement aussi irréfléchi que l’islamisme haineux iranien.

Mais ces sujets de fond passionnants qui habituellement occupent de longues émissions bavardes et indigestes revêtent ici le costume d’un thriller dans la plus pure tradition. Et dès la séquence d’ouverture, Affleck annonce le programme : on sera cramponnés à nos sièges tout du long. Une première scène qui montre comment une manifestation colérique va se transformer en invasion de l’ambassade américaine en Iran. La caméra est immergée dans l’action, le montage haletant, les jeux de regards et le flux incontrôlable des corps horrifiant. Ce sentiment d’impuissance va former le terreau d’Argo et définir en quelques minutes ses enjeux dramatiques. De cette effervescence dénuée de réflexion s’ensuit une série de courses en avant dans les deux camps. Une frénésie qui n’est tempérée que par le personnage de Ben Affleck (éminemment juste), qui devient en quelque sorte maître du jeu et victimes de règles qu’il connaît mais n’accepte pas. Et la réalisation d’Affleck est à l’image du barbu débonnaire au charisme effacé qu’il interprète : elle ne pète jamais plus haut que son cul, ne se montre jamais ostensiblement. Les images sont là pour servir une histoire et pas le contraire. Jamais classique mais jamais à-la-mode, la mise en scène peut aussi s’appuyer sur une reconstitution incroyablement crédible où mêmes les coupes invraisemblables de certains protagonistes sonnent juste. Un sacré boulot qui est à associer à une direction d’acteurs bluffante, où chaque participant a droit à sa minute de gloire (parmi une liste des tronches connues longue comme le bras). On pourra reprocher un final trop appuyé où les cinq dernières minutes sont inutiles (ni les congratulations ni les écrans textes ne servent le film), mais ce n’est finalement le seul point noir d’un grand huit qui retourne autant l’estomac que le cerveau. La preuve que c’est possible.

Actuellement en salles



à propos de l'auteur

Mr Wolf
Co-créateur du Mainstream Club et auteur de la première heure, Mr Wolf est réputé pour avoir une pilosité aussi imposante que l'animal derrière lequel il se cache. Passionné par les comics, le cinéma et les séries, il a pour mot d'ordre de ne parler que des choses qu'il aime et de ne jamais écrire pour démolir. On raconte qu'il aurait tué une meute d'ours à mains nues et conquis la Russie en 768, mais aussi plausibles qu'elles soient, ces légendes n'ont jamais pu être vérifiées...




 
 

 
MAN OF STEEL

LA CLAQUE : Man of Steel

Superman est certainement un des personnages de culture populaire les plus reconnus à travers le monde. A tel point qu’on eut sortir un film sans citer son nom dans le titre. Man of Steel était attendu comme le Graal pa...
par Mr Wolf
2

 
 
CANNES 2013 Muhammad Ali's Greatest Fight 1

CANNES 2013 : Muhammad Ali’s Greatest Fight, dura lex

Sélection Officielle Séance Spéciale A voir ses films, Stephen Frears ne fait pas ses 71 ans. Enlevés, dynamiques et mordants, ses œuvres reflètent parfaitement la jeunesse ébouriffante dont il fait preuve en enchaînant...
par Mr Wolf
0

 
 
CANNES 2013 We Are What We Are 1

CANNES 2013 : We Are What We Are, l’heurt du repas

Quinzaine des Réalisateurs Tous les ans, la Quinzaine des Réalisateurs prend des risques que la Sélection Officielle ne s’impose (malheureusement) pas et programme des films de genre qui s’affichent comme tels. E...
par Mr Wolf
0

 

 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS L’Écume des Jours 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : L’Écume des Jours, bouts de ficelle

Amours Étranges 2/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
1

 
 
D'UNE PAIRE DEUX COUPS Upside Down 1

D’UNE PAIRE DEUX COUPS : Upside Down, l’esthète en bas

Amours Étranges 1/2 Il y a en ce moment au cinéma deux films qui content des histoires d’amour étranges et particulières dans des mondes qui le sont tout autant. A ma droite Upside Down, deuxième long-métrage du ré...
par Mr Wolf
0

 
 
IMG_5538.CR2

EN QUELQUES MOTS : Dead Man Down, tout en revanche

Le thriller, ces derniers temps, est devenu un des genres cinématographiques les plus utilisés… et donc les plus massacrés. On voit fleurir chaque semaine des policiers sans saveur qui ne donnent même pas envie de se ...
par Mr Wolf
0

 




0 Comments


Commenter !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>